#1 HORS-SERIE : Objectif maintien pour Nancy : les clefs du succès

Beaucoup de journalistes voyaient déjà Nancy en Ligue 2 avant même le début de la 31ème journée de Ligue 1. Pourtant contre Rennes les Nancéiens ont montrés qu’ils avaient progressé dans le jeu. Ils ont même appris de leurs erreurs puisqu’il y a eu aussi des progrès dans l’attitude et la concentration des joueurs. Certes le calendrier semble plus que complexe pour les Lorrains. Mais avec des individualités intéressantes, l’AS Nancy-Lorraine peut encore batailler sans sombrer. Mais qui sont ces joueurs qui peuvent permettre le maintien du club au chardon ? Nous allons tenter de comprendre le parcours, les facultés et les qualités de certains d’entre eux.

 

Le poste de gardien de but titulaire a toujours été le poste le plus difficile à obtenir. Beaucoup le convoite mais peu sont ceux qui peuvent se vanter d’être titulaire dans les cages. D’ailleurs, ce poste est un véritable siège éjectable. On le voit bien à Nancy : depuis la fameuse anecdote de vestiaire, (après Nancy-Lorient), la hiérarchie établie depuis novembre dernier a été chamboulée.

Guy-Roland NDY ASSEMBE :

Guy-Roland Ndy Assembe

31 ans
1,85 m
87 kg
International camerounais (16 sélections)
A Nancy de 2011 à 2013 et depuis juillet 2014
En Ligue 1 cette saison : 17 matches (17 titularisations), 20 buts encaissés

Alors que Paul Nardi a confirmé son départ pour Monaco, le staff s’est retourné vers Ndy Assembé pour assurer le poste de titulaire. On lui a confié cette responsabilité, pas seulement pour son statut d’international. Alors que sa période guingampaise est terminée, Ndy Assembé tient à prouver qu’il n’a pas la prétention de devenir la doublure d’un autre à Nancy. Lors de la saison 2015-2016 en Ligue 2, le camerounais a encaissé 31 buts en 37 matches. Cette statistique ne semble pas incroyable à première vue, mais le but pour le goal est d’instaurer une stabilité ; de prouver qu’il peut être le numéro 1 à son poste. Lors de cette même saison, il a participé à la très belle 2ème place au classement de la meilleure défense mais aussi à l’obtention du titre de champion. Toutefois, Ndy Assembé est une espèce en voie de disparition. Avec Muratori et Coulibaly, il fait partie des rares joueurs à avoir connu la descente du club en deuxième division au printemps 2013. Malgré cela, l’international camerounais a la confiance du staff et surtout de son entraineur, Pablo Correa. Afin d’apporter un peu plus de concurrence dans la hiérarchie des gardiens, l’équipe dirigeante avait pris la liberté de faire venir, sous la forme d’un prêt, le portier phocéen Brice Samba. Mais ces rares performances n’ont pas été couronnées de succès. Cependant, la cellule de recrutement a souhaité renouveler l’expérience en accordant sa confiance à un joueur biélorusse, encore méconnu des médias occidentaux : Sergey Chernik.

Point fort : la relance

Point faible : pas vraiment rassurant sur sa ligne

Sergey CHERNIK :

Sergey Chernik
28 ans
1,87 m
84 kg
International biélorusse (9 sélections)
A Nancy depuis juin 2016
En Ligue 1 cette saison : 17 matches (15 titularisations), 21 buts encaissés

La seconde mi-temps du derby et l’après-match de Nancy-Lorient constituent des moments déterminants dans la saison nancéienne de Sergey Chernik. La blessure du titulaire Ndy Assembé a permis à ce joueur de 28 ans de s’illustrer dans l’un des plus grands championnats européens. Alors qu’il était déjà en position de second au Bate Borisov, Chernik attendait avec impatience ce moment où on lui accorderait sa chance. Mais comment un gardien remplaçant, aussi méconnu, a-t-il pu réussir à entrer dans l’un des vingt clubs de l’élite française ? C’est grâce à ses parades effectuées en Champions League face au Barça de Messi et à la Roma de Totti. Correa a avoué cet été que c’était par le biais de vidéos qu’il avait découvert les talents de ce portier du Bate Borisov. Désormais le biélorusse espère prendre place en tant que titulaire, et de façon durable si possible. Mais c’était sans compter sur ce même Pablo Correa et sa prestance devenue commune dans le monde du football français. Le pauvre gardien international a reçu les foudres de son entraineur après le non match effectué face à la lanterne rouge lorientaise. Dès lors, Sergey Chernik a perdu sa place de titulaire. Il était pourtant très loin d’être un gardien surcoté, bien au contraire. Les supporters nancéiens, présents à Picot, montrent chaque semaine leur soutien au gardien déchu. Ces derniers étaient les premiers à prendre la défense du biélorusse lors de cet épisode tragique. La concurrence est donc désormais relancée. Ndy Assembé nous a montré à Guingamp et face à Rennes qui méritait lui aussi sa place dans le onze type. Chernik n’a plus qu’une seule solution : rivaliser avec Ndy Assembé lors des séances d’entrainement, et cela dans le but de séduire son entraineur charismatique.

Point fort : réactif sur sa ligne

Point faible : la relance

Depuis le départ de Clément Lenglet : rien ne va plus. La défense est désormais chamboulée. Pablo Correa est forcé de faire un peu de bricolage afin de construire ses tactiques (sans compter les blessures, les suspensions,…). Pourtant, tester une charnière expérimentale lors de matches officiels n’est pas une bonne solution quand on est en Ligue 1. Néanmoins il faut savoir qu’à Nancy, les joueurs sont formés à différents postes, et cela  pour juger l’exactitude de chacun sur le terrain. Beaucoup ont quitté la Forêt de Haye (là où se trouve le centre de formation de l’ASNL) en qualité d’attaquant et sont finalement devenu défenseur ou gardien, cela s’est vu par le passé. Cela a été le cas pour Paul Fischer, Mehdi Meniri ou encore pour Gennaro Bracigliano. Cela n’empêche pas l’équipe de défendre dans des conditions optimales. Depuis la fin du mercato estival, Nancy a encaissé beaucoup de but mais la tendance semble s’inverser peu à peu.

Michaël CHRETIEN :

Michaël Chrétien

32 ans
1,79 m
70 kg
International marocain (36 sélections)
A Nancy de 2002 à 2011 et depuis juillet 2015
En Ligue 1 cette saison : 8 matches (8 titularisations).

Michaël Chrétien est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de l’AS Nancy-Lorraine, sa place dans l’équipe des 50 ans du club le prouve. Lors d’un éventuel départ de la Lorraine, l’international marocain aurait pu signer dans un grand club, malheureusement pour lui les discussions n’ont jamais abouti. Ce joueur n’a pas eu la carrière qu’il méritait. Formé en Forêt de Haye, Chrétien connaîtra les plus belles heures du club au chardon : le titre en Ligue 2 (2005), la victoire en Coupe de la Ligue (2006), la quatrième place en Ligue 1 (2007-2008) et les deux campagnes européennes en C3 (2006 et 2008). Il décide de quitter Nancy pour Bursaspor. Une fois ses deux saisons effectuées en Turquie, Chrétien retrouve la France pour aider le Racing Club de Strasbourg à retrouver la Ligue 2. Cela sera un échec. Toutefois, avec la présence du joueur marocain, Strasbourg a réussi à passer de la 18ème à la 4ème place du championnat de National. Strasbourg loupe donc de peu la montée. En observant le retour en forme de son ancien pensionnaire, Nancy place le nom de Chrétien sur la liste des priorités pour le prochain mercato. Strasbourg souhaitait le conserver mais les deux partis sont finalement tombés d’accord pour que l’arrière droit retrouve ses quartiers à Nancy. En qualité de défenseur central, Michaël Chrétien participera à la conquête du titre en Ligue 2 lors du dernier exercice. Il était donc normal, pour les dirigeants nancéiens, de poursuivre la collaboration avec ce joueur. Mais la bourde commise lors de Nancy-PSG (défaite 1-2) et les pépins physiques à répétition ont eu raison de l’international marocain, écarté peu à peu du onze type de l’ASNL. Pendant ce temps, Modou Diagne et Erick Cabaco ont assuré l’intérim. Toutefois, le retour de Chrétien comme titulaire face à Rennes (victoire 3-0) a fait sensation. D’ailleurs, le quotidien L’Equipe a salué sa performance en le plaçant dans son Equipe Type de la 32ème journée de Ligue 1. Quelle reconnaissance pour ce joueur qui avait pourtant perdu sa place pendant de nombreux mois. D’où la question : est-ce que Chrétien sera capable de réitérer ce genre de prestation ?

Point fort : l’intelligence de jeu

Point faible : le physique

Joffrey CUFFAUT :

Joffrey Cuffaut

29 ans
1,80 m
75 kg
A Nancy depuis juin 2013
En Ligue 1 cette saison : 25 matches (24 titularisations), 1 but, 1 passe décisive.

Joffrey Cuffaut a un parcours atypique pour un joueur formé aux joutes du monde amateur. L’AS Beauvais Oise le repère et le forme comme l’une de ses nouvelles pépites. Malheureusement, le club beauvaisien prend la décision de ne pas le conserver. Alors en deuxième division, le club du Mans le recrute. Cuffaut fait sensation et retrouve une place de titulaire. Mais les difficultés financières vont sceller le sort du Mans FC, qui est forcé de quitter le circuit professionnel. Dans cette période de doute, Cuffaut est contacté par l’AS Nancy-Lorraine, un prétendant à la montée dans l’élite. Le joueur accepte. Néanmoins, le coach nancéien préfère donner sa chance à Julien Cétout plutôt qu’à Cuffaut. Mais après de bonnes prestations sur les terrains d’entrainement, Pablo Correa décide d’accorder sa confiance à l’ancien manceau. Depuis le premier match de la saison, Cuffaut n’a plus quitté sa place de titulaire (sauf pour des raisons médicales). Il a donc prouvé en un peu plus de deux ans qu’il était le meilleur à son poste. Même blessé, il a su tenir sa place face à Rennes. Sa faculté à stopper les tentatives de centre adversaires est désormais reconnue. Cuffaut fait partie des joueurs qui ne se laissent jamais aller. Il joue vraiment pour l’amour du maillot et cela se voit : les supporters sont les premiers à le reconnaître. Malgré quelques erreurs commises (un CSC face à Bordeaux (défaite 0-2)), est-ce que l’arrière droit nancéien est encore capable de se sublimer pour les six journées à venir ?

Point fort : impact important sur le jeu défensif de son équipe

Point faible : intelligence de jeu assez faible vers l’avant

Le milieu de terrain est l’arme principale pour relancer les ballons vers le but adverse. Pourtant ce milieu a été mis à mal par les grandes équipes du championnat, et cela à cause de blessures à répétition, d’un manque d’expérience assez important et même d’un manque flagrant d’exemplarité et d’humilité. Le match entre Nancy et Lorient représente un moment charnière. Les mauvais esprits ont été remis à leur place. La dernière performance nancéienne nous le prouve. Les expérimentés ont repris leur place sur le rectangle vert, peut-être pour rétablir la situation et pourquoi pas aller chercher un maintien dans un minimum de sérénité.

Benoît PEDRETTI :

Benoit Pedretti

36 ans
1,78 m
71 kg
International français (22 sélections)
A Nancy depuis août 2015
En Ligue 1 cette saison : 23 matches (19 titularisations), 1 but, 2 passes décisives.

Il fallait le tenter, ce fameux pari Benoit Pedretti. L’équipe de Pablo Correa l’a fait. Pour l’heure, ce pari est gagnant, que ce soit pour le club ou même pour le joueur. Benoit Pedretti (22 sélections avec les Bleus) retrouve aujourd’hui une seconde jeunesse avec les Chardons. Rappelons qu’il ne jouait quasiment plus avec l’AC Ajaccio. Cela à cause de plusieurs soucis physiques à répétition. Lui qui a connu les plus belles heures de l’Olympique de Marseille, de l’Olympique Lyonnais ou encore de l’AJ Auxerre, était désormais relégué à la place de préretraité. La proposition de Pablo Correa était sans doute trop alléchante pour être refusée. De plus, Pedretti ne pouvait pas refuser un nouveau défi avant de penser à une éventuelle retraite sportive. Un compétiteur ne refuse pas un tel contrat dans un club susceptible de retrouver la première division. Pedretti le dit sans réserve : « Nancy est un club taillé pour la Ligue 1, avec des infrastructures d’un club de Ligue 1. » Cela signifie donc qu’il fait bon y jouer. L’objectif de la montée en L1 étant atteint, il s’agit maintenant pour Pedretti d’aider à maintenir le club nancéien dans l’élite. Le calendrier qui attend les Lorrains peut en décontenancer plus d’un, c’est certain. Benoît Pedretti est un joueur avec une grande intelligence de jeu, une qualité de passe efficace et une prestance importante dans les vestiaires. Par conséquent, avec un joueur tel que Pedretti dans ses rangs, la tâche reste encore réalisable pour l’AS Nancy-Lorraine.

Point fort : la précision

Point faible : le physique

L’ASNL est actuellement la plus mauvaise attaque de Ligue 1. Ce classement est pourtant mérité au vu des dernières prestations nancéiennes. Koura et Mandanne, les deux n°9 recrutés cet été, ont inscrit deux buts à eux deux. Hadji n’a, pour l’heure, aucun but à son actif en championnat. C’est une situation inquiétante pour le club au chardon, un club qui ne parvient plus à titiller ses concurrents directs. Et pourtant il est possible de voir des motifs d’espoir en ce qui concerne cette fameuse ligne d’attaque nancéienne.

Junior DALE :

Maurice Dalé

31 ans
1,86 m
81 kg
A Nancy depuis juin 2014
En Ligue 1 cette saison : 20 matches (11 titularisations), 2 but, 3 passes décisives.

Maurice-Junior Dalé a connu un parcours en dents de scie avant de retrouver la Ligue 1 avec l’ASNL. On pourrait le considérer comme un véritable globe-trotter : formé à Martigues (sa ville natale), puis de passage en Ligue 1 avec Auxerre et ensuite en vadrouille dans les clubs de l’Unirea Urziceni (Roumanie) et de Panserraikos FC (Grèce), Dalé parvient à retrouver la Ligue 2 avec Nantes et l’AC Arles-Avignon. Un CV plus qu’étonnant pour un joueur qui a été 3ème meilleur buteur de Ligue 2 la saison dernière avec Nancy (avec 13 réalisations à son actif). Le club de Jacques Rousselot a donc pris la décision de prolonger son n°9 pour la saison suivante, et cela dans le but d’aligner le onze le plus compétitif que possible en Ligue 1. Actuellement à Nancy (en sa qualité d’avant), Dalé est le meilleur à son poste avec deux buts inscrits en vingt rencontres. C’est un ratio bien trop faible mais « il faut se satisfaire de ce qu’on a » : les attaquants nancéiens constituent la pire attaque de Ligue 1 avec 24 buts inscrits. C’est pourquoi, il est primordial de compter sur chaque joueur pouvant être décisif. Junior Dalé représente la meilleure chance offensive pour l’ASNL, même si certains sont tentés de dire le contraire…

Point fort : l’impact physique

Point faible : le placement offensif

Faitout MAOUASSA :

Faitout Maouassa

18 ans
1,70 m
74 kg
International français U19 (2 sélections)
A Nancy depuis l’été 2015 (date de son entrée dans l’effectif A de l’AS Nancy-Lorraine)
En Ligue 1 cette saison : 9 matches (8 titularisations), 1 but, 2 passes décisives.

Difficile d’énoncer une critique négative à l’encontre de ce jeune joueur de 18 ans, tant sa présence sur le terrain est devenue obligatoire si Nancy souhaite se maintenir. En peu de temps, Faitout Maouassa est passé de l’ombre à la lumière. Autrement dit, il est passé du centre de formation Michel Platini aux terrains de Ligue 1 en seulement deux ans. Pendant un temps courtisé par l’OM lors du dernier mercato, Maouassa fait désormais partie des joueurs à suivre. Il se pourrait même qu’il soit déjà sur le départ dès la saison prochaine, même si Nancy parvient à décrocher son ticket pour le maintien. Champion d’Europe U17 (2015) et U19 (2016), Faitout Maouassa régale par sa vitesse sur son côté gauche. Positionné arrière gauche chez les Bleus, Pablo Correa et Vincent Hognon ont tenté de le placer sur le front de l’attaque en qualité d’ailier gauche. Ces derniers prétextaient un manque d’expérience par rapport à d’autres comme Muratori ou Badila. Il était donc préférable selon eux de lui donner sa chance dans le trio offensif. Pari gagnant : Maouassa a inscrit son premier but en Ligue 1 et a délivré ses deux premières passes décisives de la saison. A Nancy, Maouassa est donc plus considéré comme un ailier que comme un vrai arrière. Sa présence sur le rectangle vert semble aujourd’hui indispensable. Son absence récente en sélection a permis au jeune ailier de s’entrainer avec les siens avec un peu plus de sérénité. Pour jouer le maintien, l’ASNL a besoin d’être soudée. Si Maouassa veut briller, il va être question de continuer sur cette lancée. Mais est-ce que le jeune international U19 sera capable de tenir sur la longueur ?

Point fort : la vitesse

Point faible : le manque d’expérience

Issiar DIA :

Issiar Dia

29 ans
1,72 m
73 kg
International sénégalais (21 sélections)
A Nancy de 2006 à 2010 et depuis juillet 2016
En Ligue 1 cette saison : 26 matches (19 titularisations), 8 buts, 2 passes décisives.

C’est un retour gagnant en Ligue 1 pour ce joueur, international sénégalais, né à Sèvres. Alors qu’il est formé à INF Clairefontaine et à Amiens par la suite, Dia connaît ses premières rencontres de première division avec Nancy. Il participe à la 4ème place du club dans l’élite, ainsi qu’à deux campagnes européennes (tout comme son coéquipier de l’époque Michaël Chrétien). Par la suite, Issiar Dia va connaître une suite de carrière un peu plus exotique. Il participe à la conquête du titre de Champion de Turquie avec Fenerbahçe (2011) ainsi qu’à la victoire du club en finale de Coupe de Turquie (2012). Il quitte la D1 turque et remporte la Coupe nationale (2013) et le Championnat de première division (2014) avec le club qatari de Lekhwiya. Dia retrouve la Ligue 1 pour quelques mois en rejoignant le Gazélec Ajaccio. Le maintien des Corses est un échec et le club rechute en deuxième division. Dia retrouve le championnat du Qatar en rejoignant ses coéquipiers du club d’Al Kharitiyath (club que le joueur avait déjà fréquenté entre 2014 et 2015). Désormais, Issiar Dia assiste l’AS Nancy-Lorraine dans son opération « maintien en Ligue 1 » et c’est pour l’heure une réussite. En inscrivant 8 buts en 26 matches, Dia a égalisé son record personnel de but en une seule saison de Ligue 1. Le dernier record personnel datait de la saison 2009-2010. Mais en plus de cela, il est devenu un titulaire indiscutable et une vraie solution offensive pour marquer des buts. L’ASNL a cruellement besoin de ce genre d’élément offensif. Sa vitesse d’exécution et des dribbles ravageurs représentent un vrai danger pour les défenses adverses. Pourvu que Dia continu sur cette lancée ! Les passionnés de ballon rond seront encore en émoi devant sa gestuelle et sa technicité, des facultés qui lui permettront sans doute de rejoindre un club bien plus important dans les mois à venir…

Point fort : la qualité de dribble

Point faible : la finition

Certes, ces joueurs n’ont pas le niveau technique de certains grands éléments de notre Ligue 1, toutefois il est primordial que ces Nancéiens amènent leurs coéquipiers vers le maintien. Si Nancy retourne une nouvelle fois dans le « purgatoire » qu’est la Ligue 2, tout le travail apporté en amont n’aura servi à rien. Trois années de difficultés sportives et financières et tout cela pour faire l’ascenseur : cela ferait tâche dans le Curriculum Vitae de Jacques Rousselot, président émérite de l’ASNL depuis plus de vingt ans. D’ailleurs, la direction générale ne survivrait pas à ce nouveau revers. C’est pour cela que l’appui des supporters est lui aussi primordial. A de multiples reprises, les ultras nancéiens ont montré leur mécontentement au président ainsi qu’à son équipe.

Banderoles Saturday FC (ASNL-FCL)

Le collectif Saturday FC adresse un message saignant au président Jacques Rousselot, alors grand perdant des élections de la FFF, lors du match entre Nancy et Lorient (« Et maintenant Président, c’est quoi le plan ??? ») (SOURCE : moi-même)

Monsieur Rousselot a souhaité calmer les tensions lors des célébrations du cinquantenaire. Quoi de plus normal de fêter un anniversaire aussi important dans le calme et la sérénité. Cette sérénité passe aussi dans le maintien. Les supporters veulent que leur club de cœur reste en Ligue 1. Il faut donc que toute l’équipe se met au travail, dans le but de déjouer tous les pronostics. A six journées du terme : la mission est encore réalisable pour les Nancéiens !

(SOURCE DES IMAGES : http://www.asnl.net)
Retrouvez également cette publication sur le site BeIN SPORTS Your Zone
Catégories :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s